Parents de prématurés : entrevue avec la Dre Annie Janvier

Avoir un enfant prématuré est éprouvant pour les parents. Dans son livre, Respire, bébé, respire, Annie Janvier, raconte leur combat, en toute connaissance de cause.

Annie Janvier et Keith Barrington sont tous les deux néonatalogistes. Leur métier, c’est de réparer les bébés arrivés trop tôt. En 2005, les rôles s’inversent: Annie Janvier accouche d’une petite fille à 24 semaines de grossesse. De médecin spécialiste, elle passe de l’autre côté du miroir et devient la mère d’un bébé prématuré, la mère de Violette.

Dans son livre, Respire, bébé, respire, elle raconte l’épopée des premiers mois de la vie de Violette, mais aussi les combats d’autres petits patients et de leurs familles croisés au fil des années. Des histoires parfois tristes, parfois lumineuses qui démontrent que chaque bébé est unique. Il y a, dans la plume d’Annie Janvier, une tendresse peu commune qui se marie étonnamment à un langage très cru (attention, le texte est généreusement saupoudré de sacres, comme ça arrive, parfois, quand la vie nous prend de court et qu’on est découragée!) Entrevue avec un médecin de cœur.

Qu’est-ce qui vous a le plus surprise quand Violette est née?

Je vois des bébés prématurés tous les jours et je connaissais toutes les machines qui l’entouraient, mais d’être la mère d’un bébé sur une machine, c’était quelque chose de tout à fait nouveau. Ça a été un si grand choc que, pendant deux ans, on a fêté l’anniversaire de notre fille à la date de sa sortie d’hôpital, en septembre. Pendant un certain temps, le véritable jour de sa naissance, le 22 mai, n’évoquait pas un souvenir très heureux.

Et comme médecin, qu’est-ce qui a changé?

Avec les parents, je discute systématiquement de culpabilité. Dans notre société de performance, on croit que, si on fait tout ce qu’il faut faire, tout va bien aller et que si ça va mal, c’est parce qu’on n’a pas fait la bonne chose. La très grande majorité des mères (et des pères) que je rencontre se sentent responsables de ce qui est arrivé: elles ont trop marché, elles n’ont pas assez marché, elles ont fait l’amour ou n’ont pas mangé bio. Même moi, quand j’ai vu mon bébé branché sur une machine qui fait le travail que mon ventre n’arrivait pas à faire, je me suis sentie coupable. Je leur répète que leur bébé est chanceux d’avoir des parents aussi merveilleux et qu’ils doivent arrêter de chercher un coupable.

J’aborde aussi beaucoup la question de l’allaitement. Comme médecin, je savais que le lait maternel était bon pour les bébés. Mais tirer son lait, jour après jour, ce n’est vraiment pas évident. Nourrir un prématuré au sein non plus. Il faut arrêter de dire que c’est toujours facile, que si on veut, on peut. Je félicite maintenant toutes les mamans qui tirent leur lait, même quelques gouttes, et je les remercie d’aider ainsi leur bébé.

Quels conseils donnez-vous aux proches d’une mère qui vient de donner naissance à un bébé prématuré?

Aux parents comme aux proches, je recommande de prendre des photos du bébé. En grandissant, ces enfants auront envie de connaître leur naissance malgré les tubes et les machines. J’ai beaucoup de gratitude envers mon mari d’avoir photographié notre bébé. La photo de la couverture du livre vient de lui. Il avait glissé son alliance autour du poignet de Violette. Je ne sais pas ce qui l’a inspiré à ce moment-là, s’il trouvait Violette belle et qu’il avait voulu conserver ce souvenir-là, mais notre fille, qui a maintenant 10 ans, aime beaucoup cette photo.

Respire, bébé, respire, par Annie Janvier, Québec Amérique, 2015, 356 p., 28,95 $.

livre-RespireBebeRespire.jpg

Source: http://www.coupdepouce.com/mamans/vie-de-famille/article/parents-de-prematures-entrevue-avec-la-dre-annie-janvier

Les lingettes bébé sont un véritable poison

lingettes bébé

Selon 60 millions de consommateurs, des lingettes contenant du phénoxyéthanol, potentiellement dangereux pour bébé, continuent d’être mises en vente. Quelles sont les marques concernées ? Pourquoi certains industriels ont-ils décidé de poursuivre la commercialisation ? Magicmaman fait le point et donne la parole aux principaux intéressés.

Par mesure de précaution, les autorités sanitaires déconseillent l’utilisation de produits contenant du phénoxyéthanol pour nettoyer les fesses des nourrissons. Malgré l’alerte, des fabricants, même les plus célèbres, persistent à utiliser ce produit chimique controversé. Nous avons pu le vérifier.

Les fabricants essaient de nous calmer en inscrivant des mentions  « Sans Paraben », « Développée pour minimiser les risques de réactions allergiques », « Biodégradable », « Formule testée sous contrôle pédiatrique et ophtalmologique »,, « pH neutre pour la peau » mais des produits à risque entrent tout de même dans la composition de ces mêmes lingettes bébé !

Le plus gros problème reste l’étiquetage insuffisant. Les quantités ne sont pas inscrites et des mots tels que «hypoallergéniques » sont insensés « Cela signifie que les ingrédients sont moins susceptibles d’entraîner une réaction allergique à autre chose. Mais qu’est donc cet autre chose? Sur une bouteille de bain bébé, le terme n’a aucun sens. L’essentiel est que,« si on retirait certains ingrédients des shampooings et des bains pour bébés et enfants, on pourrait empêcher un grand nombre d’enfants d’être affectés par l’eczéma ».

C’est l’utilisation cumulée et durable des produits listés et la concentration du produit qui constituent un risque inquiétant, et « plus on est jeune, plus le risque est important d’être exposé à une modification du système hormonal ou des modulateurs endocriniens ».

Recommandations:

Le Ministère de la Santé et les autorités sanitaires compétentes ne s’engagent pas sur des recommandations quant aux produits à utiliser. Il semble toutefois raisonnable :

– D’éviter une surconsommation de produits cosmétiques pour bébés. Une bonne hygiène de vie est le meilleur garant de la bonne santé de la peau qui n’est véritablement nourrie que par les substances nutritives véhiculées par le sang.

– De lire les étiquettes et d’apprendre à sélectionner les produits selon leur composition. Le sens critique reste la meilleure arme face à des sur-sollicitations marketing judicieuses.

– Favorisez autant que possible des produits à base de substances naturelles :

*Les huiles, beurres, graisses et cires végétales

*Les eaux florales, hydrolats, infusions florales

*Les huiles essentielles

*Les argiles

*Les algues

*Les tensioactifs naturels : le laurylsulfate et le disodium-laureth-sulfate tirés de l’huile de coco ou de palme, la bétaïne (composant du beurre de coco)

*Les alcools et acides gras. Cetyl alcohol , Behenyl alcohol , Stearyl alcohol ou Myristil alcohol , Lauric acid , Stearic acid , Myristic acid , Palmitic acid .

*Les gélifiants :farine de Guar, la farine de noyau de caroube, la gomme arabique, l’agar-agar, les algines et l’amidon de pomme de terre, de riz ou de blé

*Les tensioactifs naturels : le laurylsulfate et le disodium-laureth-sulfate tirés de l’huile de coco ou de palme, la bétaïne (composant du beurre de coco)

– Repérez les produits labellisés « Cosmébio », « Ecocert », « Nature et Progrès », et « Qualité France » 

Si l’on ne peut vraiment pas se passer de lingettes bébé jetables, il existe donc des alternatives à celles que l’on trouve en grandes surfaces et qui sont pleines de cochonneries. À mon sens, la meilleure est celle qui consiste à utiliser des lingettes lavables et un liniment  ou seulement de l’eau et quelques gouttes d’huiles essentielles apaisantes et hydratantes. Je l’ai testé et pas l’ombre d’une rougeur ou allergie sur le délicat postérieur de Bébé ! Une lingette par change et même en déplacement, leur utilisation est possible.

Source: http://sain-et-naturel.com/lingettes-bebe-veritable-poison.html

La science prouve que nous héritons de l’intelligence de notre mère

mère

Si vous êtes brillant, alors vous devriez remercier votre mère. Des recherches montrent que ce sont les mères qui sont responsables de la transmission des gènes de l’intelligence. Cela signifie peut-être enfin la fin de nombreuses années de stéréotypes sexistes.

Cette idée provient de ce qu’on appelle « les gènes conditionnés ». Ces gènes agissent différemment selon leur disposition initiale. Ce qui est intéressant, c’est que certains des gènes qui sont concernés ne fonctionnent que s’ils viennent de la mère. Par exemple, si ce même gène vient du père, alors il est désactivé. Cette même vérité s’applique pour le contraire ; certains gènes ne sont activés que s’ils viennent du père.

Les gènes de notre mère vont directement au cortex cérébral, ceux de notre père vont au système limbique.

L’intelligence peut avoir des composants héréditaires, nous le savons. Cependant, il y a de cela quelques années, nous avons découvert que la plupart dépendaient du père et de la mère. Récemment, plusieurs études ont montré que les enfants sont plus susceptibles d’obtenir leur intelligence de leur mère, car les gènes liés à l’intelligence se trouvent dans le chromosome X.

Une première étude importante dans ce domaine a eu lieu en 1984, à l’Université de Cambridge. L’étude a fait des recherches sur « la co-évolution du cerveau et le conditionnement du génome, pour conclure que ce sont les gènes maternels qui contribuent le plus au développement des centres de pensée dans le cerveau. »

Des chercheurs ont créé en laboratoire des embryons de rats spéciaux qui avaient seulement le matériel génétique de la mère ou du père. Mais quand le moment est venu de transférer les embryons dans l’utérus d’une autre ratte, ils sont morts. Ainsi, l’étude a révélé qu’il y a des gènes conditionnés uniquement s’ils sont activés quand ils sont hérités de la mère, tout en étant essentiels pour le bon développement de l’embryon. Inversement, le patrimoine génétique du père est essentiel pour le développement du tissu qui formera le placenta.

Nouvelles études, nouvelles lumières

Comme il s’agit d’une théorie intéressante, les scientifiques ont continué à l’étudier. Robert Lehrke fait partie de ceux qui ont toujours été fascinés. Il a révélé que l’intelligence de la plupart des enfants dépend du chromosome X, et il a également découvert que comme les femmes ont deux chromosomes X , elles ont « deux fois plus de chances d’hériter des caractéristiques liées à l’intelligence. »

L’un des résultats les plus fascinants de cette théorie provient certainement d’une étude menée par le Medical Research Council Social and Public Health Sciences Unit aux États-Unis. Chaque année, depuis 1994, ils ont interrogé 12 686 jeunes adultes âgés de 14 à 22 ans. Les chercheurs ont pris en compte plusieurs variables, de la couleur de la peau, au niveau de l’éducation, au statut socio-économique. Grâce à cette méthode d’étude, ils ont constaté que la meilleure façon de prédire l’intelligence de quelqu’un, était de regarder le QI de la mère. Ce qui est encore plus intéressant, c’est que le rapport de l’intelligence des jeunes par rapport à leur mère était en moyenne seulement de 15 points.

Intelligence héréditaire

40 à 60% de l’intelligence vient de nos parents. Ainsi, le pourcentage restant dépendra de notre environnement et de notre stimulation. En fait, ce que nous appelons «l’intelligence» est simplement la capacité de résoudre des problèmes. Mais même pour résoudre un problème simple, il faut que notre système limbique fonctionne. Par conséquent, même si l’intelligence est étroitement liée à la fonction de la pensée rationnelle, elle est également influencée par des instincts qui viennent généralement du père.

De plus, il ne faut pas oublier de continuer à stimuler l’intelligence d’un enfant, même s’il a un QI élevé. Nourrissez son intelligence au cours de sa vie en lui proposant de nouveaux défis, et présentez-lui en permanence des opportunités. Sans ces outils, son intelligence peut se dissiper.

Si nous allons au-delà de ce que la science déclare concernant notre génétique, les pères ne devraient pas être découragés. Ils contribuent beaucoup au développement de leurs enfants, surtout quand ils sont émotionnellement présents. « Le QI avec lequel nous sommes nés est important, mais pas décisif. »

Source: http://sain-et-naturel.com/science-prouve-heritons-intelligence.html

Quelles conséquences sur le développement d’un préma ?

Si la prématurité se définit par une naissance avant les 37 semaines de grossesse, les petits bouts nés avant terme n’éprouvent pas tous les mêmes difficultés en fonction de la date à laquelle ils ont pointé leur nez. Extrême prématurité, grande prématurité et prématurité modérée… Apprenez à distinguer les épreuves bien différentes que sont amenés à vivre ces bébés nés trop tôt.

Prématurité : qui est concerné, quand ?
On dit d’un bébé qu’il est prématuré, quand il naît 37 semaines après le premier jour des dernières règles de la maman. Si le corps de ce bébé né avant terme est bel et bien formé, ses organes, eux, n’ont pas eu le temps de mûrir suffisamment. Ainsi, quel que soit le stade de prématurité de l’enfant, son organisme encore immature rencontre dès la naissance des difficultés à fonctionner correctement. En revanche, les épreuves qu’il sera amener à surmonter à son accueil en service de réanimation ou en  néonatologie seront bien différentes qu’il soit né à 26 semaines plutôt qu’à 30 semaines. En effet, dans la prématurité on distingue trois degrés qui correspondent à l’arrivée au monde des petits nourrissons :

1/ l’extrême prématurité pour un bébé né avant 28 semaines de grossesse
Les bébés nés dans le cas d’extrême prématurité rencontrent de graves problèmes, notamment au niveau de leur système immunitaire et le risque élevé de contracter des infections, mais aussi des possibilités de sequelles cérébrales, des hémorragies intracérébrales, des problèmes de fonctions digestives immatures, et surtout une fonction respiratoire peu à même d’assurer les échanges gazeux.
2/ la grande prématurité pour un bébé né entre 28 et 31 semaines de grossesse
Né à ce stade, le bébé peut subir plusieurs affections, comme l’insuffisance respiratoire, l’hypoglycémie, ou encore une immaturité digestive imposant une nutrition par voie veineuse puis une alimentation très progressive. D’autre part, il peut y avoir des surinfections liées à un environnement et aux cathéters et des accidents neurologiques entraînant des hémorragies dans les ventricules cérébraux (plus rares depuis l’administration préalable de dérivés de la cortisone) et surtout des lésions destructrices de la substance blanche du cerveau, première cause d’infirmité motrice cérébrale.

3/ la prématurité modérée pour un bébé né au-delà de 32 semaines de grossesse
Les principaux problèmes rencontrés chez le prématuré moyen sont : l’hypothermie (nécessité de mise en incubateur), une succion-déglutition imparfaite, une vulnérabilité aux infections, lerisque d’apnée pour les plus jeunes d’entre eux et un risque accru de lésions cérébrales lorsque le nouveau-né présente un ictère (jaunisse) important.

Bien que ces bébés nés avant terme soient tous foncièrement différents et qu’on ne saurait dire avec certitude dans quelle mesure leurs compétences futures pourront être affectées par cette prématurité, la date de leur naissance détermine potentiellement les conséquences sur leur santé future.

La première étude (et dernière à ce jour) à avoir observé les conséquences sur le long terme de la prématurité est l’Epipage1 (Etude épidémiologique sur les petits âges gestationnels). Menée par l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale en 1997, cette enquête a été réalisée auprès de 2382 enfants prématurés mais aussi nés à terme durant les cinq premières années de leur vie.
Si la médecine et les recherches sur la prématurité ont assurément évolu&eeacute; ces dernières années, les chiffres de l’époque indiquent qu’un tiers des anciens grands prématurés (nés entre 28 et 31 semaines de grossesse) était encore pris en charge médicalement à l’âge de 5 ans. Kinésithérapeute, psychologues, psychiatres, psychomotriciens sont autant de spécialistes qui suivaient à l’époque ces enfants en difficulté. En ce qui concerne les petits nés entre 24 et 28 semaines de grossesse, 42 % d’entre eux étaient assistés médicalement à 5 ans contre 16 % pour les bébés nés à terme.

De manière globale, l’étude révèle que presque 40 % des anciens grands prématurés présentait des déficiences motrices, sensorielles ou cognitives. Les chercheurs indiquent en outre que plus les enfants sont nés prématurément, c’est-à-dire avant 28 semaines, plus les risques de déficiences sont élevés mêmes s’ils ne sont pas irrémédiables si l’enfant est suivi par des professionnels.

A propos des affections motrices du grand prématuré, le pédiatre Michel Odièvre déclare : « Ils ont des troubles du développement, plus difficile à repérer, qui concernent les mouvements et leur coordination, l’attention, l’organisation visuo-spatiale ; des troubles du langage peuvent également apparaître. L’ensemble peut aboutir à un retard des apprentissages, des difficultés scolaires, des perturbations psychologiques et relationnelles« . Au niveau oculaire on peut également observer un strabisme, ou une amputation du champ visuel. En ce qui concerne les capacités auditives, une surdité peut apparaître.

A propos du déficit intellectuel, le spécialiste indique : « Le déficit intellectuel ne s’observe que dans les atteintes majeures. Tout dépend de l’étendue des lésions cavitaires et de leur localisation au niveau du cerveau. Il est nécessaire de dépister ces complications à partir des 3 premiers mois (consultations spécialisées par des pédiatres, neuropédiatres, ophtalmologistes, ORL…etc…). Certaines complications ne heureusement que transitoires« .

Source: http://www.magicmaman.com/,bebe-premature-quelles-consequences-sur-le-developpement,349,1951406.asp

L’abus de télévision peut-il nuire au cerveau ?

Télévision

Regarder la télévision plus de trois heures par jour entraînerait des problèmes cognitifs, selon cette étude.

Tout le monde se souvient de cette saillie très critiquée de l’ancien président de TF1 Patrick Le Lay : « Ce que nous vendons à Coca Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible ». Cette fameuse « libération » du temps de cerveau pourrait avoir des conséquences plus sérieuses que le simple mépris des téléspectateurs dont elle témoignait. En effet, les jeunes adultes qui regardent trop la télévision pourraient connaître des problèmes cognitifs plus tard au cours de leur vie, suggère une étude publiée mercredi 2 décembre 2015 dans le Journal of the American Medical Association Psychiatry (JAMA). Des résultats qui, à peine publiés, ont immédiatement fait l’objet de contestations.

2 fois plus de risques d’avoir des problèmes cognitifs ?

De prime abord, l’étude est pourtant d’importance  : durant 25 ans, les chercheurs américains ont suivi 3.247 personnes âgées de 18 à 30 au début pour évaluer l’impact de leur activité physique et du temps passé devant la télévision sur leurs fonctions cognitives. Les chercheurs ont testé leurs performances cognitives après 25 ans en utilisant trois tests destinés à analyser la rapidité de réflexion, les fonctions d’exécution et la mémoire verbale. « Les participants avec les habitudes de vie les moins actives, c’est-à-dire avec peu d’activité physique et beaucoup de télévision, étaient les plus susceptibles d’avoir de mauvais résultats à ces tests cognitifs », souligne le rapport d’étude. Autrement dit, l’étude s’est concentrée, non pas directement sur les effets de la TV sur le cerveau, mais plus sur les effets de la sédentarité sur nos fonctions cognitives.

Selon les chercheurs, les participants qui regardaient la télévision plus de trois heures par jour quand ils étaient de jeunes adultes courent deux fois plus de risques d’avoir des problèmes cognitifs plus tard dans leur vie que ceux qui étaient plus actifs et passaient moins de temps devant leur écran. Toutefois, la mémoire verbale ne semble pas être affectée par un surplus de télévision.

Andrew Przybylski, psychologue à l’Université d’Oxford qui n’a pas participé à ces travaux, estime toutefois que cette étude fait quelques raccourcis :« Premièrement, leurs données sont entièrement fondées sur une mesure faite par les participants eux-mêmes du temps passé devant la télévision, ce qui peut être problématique ». En outre, il note que les participants n’avaient pas effectué de tests cognitifs au début de l’étude, ce qui aurait permis d’avoir des données de référence. Et « près d’un participant sur trois n’est pas allé au bout de l’étude », regrette encore M. Przybylski. Des éléments qui, bien sûr, tendent à affaiblir les conclusions de ces travaux, selon lui.

Source: http://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/20151203.OBS0697/l-abus-de-television-peut-il-nuire-au-cerveau.html

Les Crocs : une chaussure à éviter

croque

Depuis 2002, les chaussures Crocs ne cessent de gagner en popularité. Plus de 300 millions de paires ont été vendues jusqu’à maintenant. On n’a qu’à penser aux professionnels qui doivent passer de longues heures debout, comme les infirmières. Beaucoup ont troqué l’espadrille pour la sandale de caoutchouc.

Sauf que la forme est loin d’être optimale pour la santé. Le talon sans appui peut causer des tendinites, ou encore accentuer les problèmes de pieds. Même si vous placez la bande de talon, cela ne règle pas tous les problèmes.

Selon le président de l’Académie américaine de la médecine sportive podiatrique, la forme des Crocs risque de causer de vives douleurs au talon et à la cambrure du pied.

Alors si vous voulez éviter les problèmes, vous devriez peut-être penser à changer de chaussures…

Source: http://www.tvanouvelles.ca/2016/06/03/les-crocs–une-chaussure-a-eviter

Noyade: votre enfant est-il à risque?

child-hat-in-pool-(2).jpg
Trouver son enfant inconscient dans l’eau est l’un des pires cauchemars des parents. Malheureusement, les noyades demeurent l’une des principales causes de décès accidentel chez les enfants de 1 à 4 ans au pays. Une noyade peut survenir très rapidement dans une petite quantité d’eau; il est cependant possible de l’éviter.

Que les enfants jouent sur la terrasse de la piscine, près d’un lac, d’une rivière ou d’un ruisseau, à la plage ou dans une baignoire, l’absence de surveillance d’un adulte est en cause dans la plupart des noyades impliquant de jeunes enfants. La Croix-Rouge recommande une surveillance active en tout temps lorsque des enfants sont à proximité de l’eau : 19 % des décès liés à l’eau sont causés par des chutes accidentelles, ce qui prouve que les risques ne sont pas limités à la natation ou à la navigation de plaisance.

Certaines mesures permettent de réduire les risques pour les enfants, notamment en s’assurant de :

  •  Sécuriser les piscines résidentielles par des barrières efficaces
  • Vider les piscines portables lorsqu’elles ne sont pas utilisées
  • Porter des vestes de flottaison individuelles (VFI) bien ajustées en tout temps lors de la navigation de plaisance
  • Apprendre à nager et savoir quoi faire en cas d’urgence
  • Enseigner aux enfants de ne pas aller dans l’eau sans surveillance

N’oubliez pas que la noyade est une mort silencieuse. Le bruit ne vous alertera pas du drame en cours.

Au cours des dernières semaines, nous avons entendu parler de noyades dites secondaires ou « sèches » dans les médias anglophones lorsqu’une blogueuse a failli perdre son enfant à la suite d’une quasi-noyade. Voici quelques signes avant-coureurs d’une noyade secondaire :

  • L’essoufflement ou un changement dans la respiration
  • Une coloration anormale de la peau (pâle ou moite)
  • Des frissons

Plus près de nous, on se souvient de l’histoire troublante de Jonathan un père de trois enfants qui a été sauvé de justesse après avoir sauté dans un lac sans son gilet de sauvetage pour secourir son fils. Son témoignage nous rappelle l’importance de porter un VFI en tout temps lorsque nous sommes sur l’eau.

Consultez nos conseils et ressources pour vous aider à garder tout le monde en sécurité cet été.

Nait-on agressif?

how-to-make-your-child-angry_thumb

Tous les êtres humains naissent potentiellement agressifs. L’agressivité nous permet de nous affirmer et de créer. Mais elle peut également servir à contrôler, intimider, abuser. On ne naît cependant pas violent, on le devient.

Les recherches exhaustives du psychologue Richard E. Tremblay[i]démontrent que l’être humain se montre violent dès qu’il a acquis la coordination de ses membres pour le faire, soit de 6 à 12 mois après la naissance. Et c’est lorsqu’il est âgé de 2 à 4 ans que sa violence atteint son paroxysme. Le chercheur a observé que grâce à une éducation appropriée, l’enfant apprend les solutions de rechange qui vont lui permettre, sa vie durant, de maîtriser cette violence innée, à moins que des facteurs biologiques, environnementaux ou sociaux ne l’en empêchent.

Encore faut-il que les parents soient en mesure d’enseigner à l’enfant les solutions de rechange à la violence. Ce n’est pas toujours le cas. Dans nos familles d’un ou deux enfants, les interventions de nature disciplinaire se révèlent souvent difficiles. Les enfants sont le centre d’intérêt et les parents sont réticents à avoir recours à leur pouvoir parental et à imposer une discipline.[ii]Dans le monde que nous connaissons, il n’est pas rare de voir des parents abdiquer leur rôle et choisir de défendre la violence, l’agressivité et la colère de leur enfant contre l’éducateur ou l’école. 

L’enfant roi

Dès qu’il entre en garderie, l’enfant à qui on n’a jamais imposé de limites à la maison expérimente ses premières contraintes et vit ses premiers conflits. L’enfant roi n’a pas appris à vivre avec des contraintes et des règles précises, constantes. Quand on lui en impose, il devient aussitôt frustré et réagit avec colère et agressivité.

Si ses parents n’interviennent pas rapidement, la situation risque d’empirer au moment de l’entrée à l’école et l’enfant développera de nouvelles stratégies pour contrer les règlements scolaires contre la violence physique: agressivité verbale, médisance, menaces, intimidation. Les agresseurs peuvent être autant des garçons que des filles; ils ne choisissent simplement pas la même stratégie.

http://yoopa.ca/psychologie/besoins/solutions/nait-agressif-ou-devient-violent

Le réglage alimentaire pour les enfants

335-9-naturopathie-enfant

Réglage de l’alimentation et hygiène alimentaire pour enfants.

Grace à une bonne hygiène alimentaire votre enfant dormira mieux, aura une bonne immunité face aux maladies et virus, aura des meilleurs dispositions pour de bons résultats scolaires car il sera concentré, alerte et aura meilleure mémoire et concentration.

En effet un des premiers fondements de la naturopathie est basé sur l’alimentation ou l’hygiène alimentaire : se nourrir non pas pour assouvir juste sa gourmandise mais dans le but de donner au corps les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement et ainsi augmenter son immunité.

Une bonne alimentation pour éviter des pathologies chroniques.

De plus en plus d’enfants sont sujets à des pathologies récurrentes et ou chroniques : maladie ORL, obésité, cholestérol, diabète, problèmes digestifs, stress, hyperactivité, manque de vitalité, asthénie mentale ou physique, problème de croissance, ces maladies affectent et perturbent leur scolarité, mais aussi affaiblissent leurs organismes en devenir ; ces maladies pour la plupart peuvent disparaitre en totalité seulement en respectant un rééquilibrage alimentaire adéquat.

Je reçois beaucoup d´enfants dans mon cabinet qui voient leur pathologie disparaitre ou diminuer en peu de temps juste en leur apprenant à manger différemment, et en respectant aussi quelques règles d´hygiène de vie.

Approche pédagogique de la naturopathie.

Mon approche pédagogique a été élaborée sur un concept ludique, facile à assimiler pour les enfants même en bas âge, pour les aider à reconnaitre les aliments amis, faux amis ou ennemis de l´organisme.

Je leur raconte par exemple la naissance des premiers hommes sur terre et leur alimentation à cette époque là, pour en arriver à eux aujourd´hui, dans leur contexte.

La participation des enfants est grandement sollicitée pendant toute la durée des séances et ce jusqu’à ce qu’ ils aient compris le principe de reconnaissance des aliments amis, faux amis et ennemis, le but étant qu´ils se sentent responsabilisés un minimum dans leur vie de tous les jours, et ce jusqu´ à l´âge adulte.

Lors des consultations parents-enfants, et à travers différents sujets ils apprennent l´importance d´une bonne hygiène de vie et alimentaire :

– L’importance de s´alimenter correctement.
– La nécessité de l´eau et son rôle dans l´organisme.
– La publicité alimentaire massive à la télévision et son effet perturbateur.
– Apprendre à écouter son corps et en être conscient.
– L’importance du sport.
– Le rôle primordial du sommeil.

Les objectifs visés du réglage alimentaire et de vie infantile.

Régime diététique et prévention contre l´obésité.
– Réduction des maladies chroniques et ou récurrentes.
– Augmentation de sa vitalité, concentration, confiance en soi.
– Sensibilisation des parents (par des synthèses écrites) sur l´importance d´une bonne alimentation pour leurs enfants, de leur plus jeune âge jusqu´à l´âge adulte, les habitudes alimentaires se prenant très tôt.
– L’apprentissage de bonnes habitudes alimentaires qui perdureront à l’âge adulte.

Le réglage et l’hygiène alimentaire pour les enfants, dès le premier âge est fondamental pour la croissance, c’est à travers son alimentation qu’il puisera son énergie, son capital santé présent et futur, sa matière première pour qu’il jouisse d’une croissance épanouie et de bonne qualité.

Réglage de l’alimentation et hygiène alimentaire pour enfants.

Grace à une bonne hygiène alimentaire votre enfant dormira mieux, aura une bonne immunité face aux maladies et virus, aura des meilleurs dispositions pour de bons résultats scolaires car il sera concentré, alerte et aura meilleure mémoire et concentration.

En effet un des premiers fondements de la naturopathie est basé sur l’alimentation ou l’hygiène alimentaire : se nourrir non pas pour assouvir juste sa gourmandise mais dans le but de donner au corps les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement et ainsi augmenter son immunité.

Une bonne alimentation pour éviter des pathologies chroniques.

De plus en plus d’enfants sont sujets à des pathologies récurrentes et ou chroniques : maladie ORL, obésité, cholestérol, diabète, problèmes digestifs, stress, hyperactivité, manque de vitalité, asthénie mentale ou physique, problème de croissance, ces maladies affectent et perturbent leur scolarité, mais aussi affaiblissent leurs organismes en devenir ; ces maladies pour la plupart peuvent disparaitre en totalité seulement en respectant un rééquilibrage alimentaire adéquat.

Je reçois beaucoup d´enfants dans mon cabinet qui voient leur pathologie disparaitre ou diminuer en peu de temps juste en leur apprenant à manger différemment, et en respectant aussi quelques règles d´hygiène de vie.

Approche pédagogique de la naturopathie.

Mon approche pédagogique a été élaborée sur un concept ludique, facile à assimiler pour les enfants même en bas âge, pour les aider à reconnaitre les aliments amis, faux amis ou ennemis de l´organisme.

Je leur raconte par exemple la naissance des premiers hommes sur terre et leur alimentation à cette époque là, pour en arriver à eux aujourd´hui, dans leur contexte.

La participation des enfants est grandement sollicitée pendant toute la durée des séances et ce jusqu’à ce qu’ ils aient compris le principe de reconnaissance des aliments amis, faux amis et ennemis, le but étant qu´ils se sentent responsabilisés un minimum dans leur vie de tous les jours, et ce jusqu´ à l´âge adulte.

Lors des consultations parents-enfants, et à travers différents sujets ils apprennent l´importance d´une bonne hygiène de vie et alimentaire :

– L’importance de s´alimenter correctement.
– La nécessité de l´eau et son rôle dans l´organisme.
– La publicité alimentaire massive à la télévision et son effet perturbateur.
– Apprendre à écouter son corps et en être conscient.
– L’importance du sport.
– Le rôle primordial du sommeil.

Les objectifs visés du réglage alimentaire et de vie infantile.

Régime diététique et prévention contre l´obésité.
– Réduction des maladies chroniques et ou récurrentes.
– Augmentation de sa vitalité, concentration, confiance en soi.
– Sensibilisation des parents (par des synthèses écrites) sur l´importance d´une bonne alimentation pour leurs enfants, de leur plus jeune âge jusqu´à l´âge adulte, les habitudes alimentaires se prenant très tôt.
– L’apprentissage de bonnes habitudes alimentaires qui perdureront à l’âge adulte.

Source: http://www.espace-naturozen.com/naturopathie/reglage-alimentaire-pour-les-enfants_ar335.html

Des messages à dire à la génération future

INTELLIGENCE DU COEUR

21 messages à transmettre à la génération future

1. – Tu es un être désiré. Tu es ici parce que l’Univers l’a décidé.

2. – Ressens que tu es libre d’être ce que tu es, ne laisse personne te mettre d’étiquette, ni t’imposer de scénario qui ne correspond pas à ton authenticité.

3. – Chaque ancêtre de ton arbre est un cadeau à l’intérieur de toi qui doit être utilisé en ta faveur et en faveur de tout l’Univers.

4. – Apprends à ne pas demander d’amour, aime simplement.

5. – Crois aux petits miracles quotidiens et sois attentif aux coïncidences, car il y a en elles des messages cachés qui peuvent te guider sur le bon chemin.

6. – Chaque jour, fais un acte généreux envers un proche.

7. – S’il y a eu des traumatismes dans ton arbre généalogique, guéris-les en agissant.

8. – Laisse-toi guider par ton corps, il est sage. Il t’alertera dans les situations que tu dois éviter, en te faisant ressentir de la tension ou du malaise. Il te dira aussi quand tu seras aligné avec ce que tu es, en te faisant ressentir une relaxation et du bien-être.

9. – Ne contamine pas ton corps avec des toxines ou une mauvaise alimentation.

10. – Quand tu le pourras, sois indépendant. Travaille en utilisant ta créativité et deviens adulte.

11. – Écris un poème chaque jour.

12.- Cherche et provoque des situations qui te font rire.

13. – Aie tendance à partager, à collaborer et à être solidaire.

14. – Quand tu as des problèmes, tu peux les analyser, tu peux en parler, mais sois certain que tant que tu n’agis pas, la transformation ne se produise pas.

15. – Ressens de la GRATITUDE pour tous les cadeaux que l’Univers te fait.

16. – Rappelle-toi qu’en ce plan d’existence, rien ne meurt, tout se transforme.

17. – Lis, étudie, apprends… expérimente par toi-même.

18. – Ne t’attache pas au matériel. Ne consomme que ce dont tu as besoin.

19. – Ne t’attache pas non plus à quelque croyance que ce soit. Ton corps se renouvelle chaque jour, fais en sorte que tes idées aussi.

20. – Sème chaque jour les graines qui te viennent de l’intérieur ou de l’extérieur. Ces graines peuvent être des mots, des caresses, de la beauté, des actions. De ces graines germent plus de sagesse, d’amour, d’art et de santé.

21. – Que le territoire qui est au-delà de ton corps, de ta maison, de ton quartier, de ta ville… de la planète et de l’Univers, fasse l’objet de tous tes soins.

~Alejandro Jodorowsky

Source:  21 messages à transmettre à la génération future: https://plancreateur.wordpress.com/2015/04/10/21-messages-a-transmettre-a-chaque-membre-de-la-generation-suivante/

 

%d blogueurs aiment cette page :