Les conséquences énergétiques et émotionnelles des cicatrices sur votre santé

cicatrice

Qu’est-ce qu’une cicatrice?

Selon Wikipedia, la cicatrice est le résultat d’une lésion du derme, généralement suite à une incision effectuée au cours d’une opération. Une cicatrice peut être douloureuse quelques années après l’opération chirurgicale et donc avoir un effet sur l’état psychologique du consultant.

Une cicatrice peut résulter d’une brûlure, de vergetures, d’un accident, d’un accouchement compliqué, de fractures, de césariennes, épisiotomies, commotions, réductions mammaires, implants mammaires, ablations mammaires (mastectomies) ou reconstructions mammaires, opérations diverses suite à des cancers, chirurgie esthétique, gastrectomies, rhinoplasties (nez), abdominoplasties (tablier abdominal), blépharoplastie (paupières), liftings, lipo aspirations, etc… ou d’un quelconque autre traumatisme.

La cicatrice peut être apparente, interne ou les deux.

En quoi consiste la démagnétisation d’une cicatrice?

Le corps de chaque être humain est parcouru par de l’énergie. Elle circule dans tous ses tissus par des canaux principaux que l’on nomme « vaisseaux et méridiens » ainsi que par un immense réseau de minuscules canaux que l’on nomme « nadis ».

Cette énergie est filtrée à l’entrée et à la sortie du corps par des centrales énergétiques nommées « chakras ». Il y a sept chakras principaux sur le corps.

Lorsque l’on incise le corps humain ou que des tissus sont déchirés accidentellement, des milliers de nadis sont sectionnés et de l’énergie non désirée et non filtrée pénètre dans le corps par cet orifice non prévu. La bonne cicatrisation physique de la plaie n’a aucune influence sur les nadis car les deux choses sont totalement différentes. Les nadis interviennent dans la circulation énergétique qui n’est pas le domaine de la médecine habituelle. Les nadis ne cicatriseront jamais et constitueront une fuite énergétique plus ou moins importante, selon la taille et la profondeur de la cicatrice.

Pour remédier à ce problème, il faut informer le subconscient de la personne, que des milliers de nadis sont hors d’usage à un certain endroit du corps et que l’on ne doit plus y envoyer de l’énergie. Ce travail est de la compétence d’un médium énergéticien spécialisé dans le traitement énergétique des blessures et cicatrices.

Outre la fuite énergétique qui doit être stoppée, un deuxième problème se pose : de l’énergie non désirée est entrée dans la blessure.

Que contient cette énergie pirate ? De l’air ? Des microbes ? De la pollution ? Des entités ?

En tout cas, des « choses » qui auraient été refoulées si cette énergie était entrée dans le corps par les voies prévues à cet effet (chakras).

Quand les plaies seront recousues et cicatrisées, toutes ces « choses » non identifiées et non désirées resteront bloquées à l’intérieur corps de l’être humain et y sèmeront la zizanie. Elles court-circuiteront la circulation de l’énergie saine dans les divers chakras et pourront, de ce fait, être à l’origine des troubles émotionnels et comportementaux supplémentaires chez cet être humain.

Une plaie cicatrisée, qu’elle soit interne ou externe, engendrera donc deux conséquences énergétiques majeures pour l’être humain :

De l’énergie pirate stagnera à l’intérieur des tissus et interférera dans la circulation énergétique correcte, aux abords immédiats des tissus cicatrisés.

Les nadis qui ont été sectionnés lors de l’opération chirurgicale ou de l’accident, ne cicatriseront pas et seront à l’origine d’une fuite énergétique permanente.

Pour supprimer ces conséquences, il faudra retirer l’énergie pirate hors du corps du consultant et la remplacer par de l’énergie neuve.

Ensuite, il faudra colmater la fuite énergétique. Alors seulement, la cicatrice sera rendue inopérante au niveau énergétique.

Ensuite, logiquement, certains troubles émotionnels, comportementaux et/ou de santé disparaitront.

Quelle est l’influence des cicatrices sur les émotions et le comportement?

Pour illustrer ce sujet, nous allons prendre le cas des épisiotomies et des déchirures vaginales.

Une épisiotomie est effectuée sur le périnée : il est le siège du chakra racine et de notre « je suis, j’existe », « je me donne le droit d’exister », « j’ai confiance en moi », « je m’affirme dans la vie », etc…

Si, à cause d’un coup de bistouri ou d’une déchirure, la circulation énergétique est compromise au périnée, alors la Femme qui a cette cicatrice, pourra basculer vers d’autres émotions et comportements moins positifs : « je ne me donne pas le droit d’exister », « je ne reconnais pas ce corps comme étant le mien », « je ne m’aime pas », « je n’ai pas confiance en moi », etc…

Ces Femmes auront également tendance à manquer d’ancrage, etc….

Source: http://www.elishean-aufeminin.com/les-consequences-energetiques-et-emotionnelles-des-cicatrices-sur-votre-sante/

Je n’en peux plus du trouble d’opposition

opposition

LE trouble d’opposition… ce trouble associé au TDAH, véritable calvaire pour les parents.  Je sais ce que c’est… j’ai un fils qui nous le rappelle chaque jour… ce formidable trouble qui nous fait sentir incompétent comme parent, incapable puis impuissant… les 3 « i » quoi!  Le trouble d’opposition qui marche main dans la main avec son ami la provocation… qui se tiraille sans cesse avec son autre ami l’anxiété.  Ami, plus ami, ami, plus ami.  Cette relation malsaine qui provoque des colères, des larmes puis beaucoup d’incompréhension (tient, un autre i).

Quand j’ai du mal avec fiston, je me tourne vers le spécialiste, Dr Benoît Hammarenger. Ça tombe bien, il a justement écrit sur le sujet en mars dernier dans la revue Naître et Grandir.

C’est quoi exactement?

D’abord, avant de conclure à un TOP (Trouble d’Opposition avec Provocation), il faut comprendre que les enfants sont tous en quête d’autonomie durant leur développement. Le TOP touche à peine 3 à 5% des enfants. Le TOP se caractérise en gros par une désobéissance quasi constante.

« L’enfant avec un trouble d’opposition peut réagir : de façon passive en ne répondant tout simplement pas; agressivement en se mettant en colère, en criant et en frappant; en provoquant ses parents pour avoir de l’attention ou obtenir ce qu’il veut ».

Comment on sait si c’est bien le TOP?

Le Dr Hammarenger identifie les signes suivants :

  1. Refuser systématiquement de se plier à vos demandes ou à celles d’une autre figure d’autorité (lire: surtout les parents);
  2. Tenir tête constamment et se moquer des conséquences ou des punitions (Absolument!! Puis le regretter ensuite);
  3. Réagir par des crises de larmes importantes (souvent quand il/elle réalise que la conséquence/punition est appliquée);
  4. Réagir avec une certaine violence (lance ou brise des objets, crache, etc.);
  5. Provoquer souvent. Par exemple, utiliser des gros mots pour vous faire réagir ou briser volontairement une règle pour provoquer votre réaction et votre colère (c’est probablement ce qui challenge le plus, se faire chercher constamment);
  6. Chercher à se venger en vous faisant payer ce que vous lui avez imposé et qui lui déplaît (une notion qui est mal compris… ça-ne-sert-à-rien-de-te-venger);
  7. Faire des crises qui augmentent en fréquence et en intensité (ici c’est le matin et je vous jure que ça bousille ma journée);
  8. Présenter des comportements opposants au-delà de la période normale de 3 à 4 ans. Après l’âge de 5 ans, s’opposer toujours avec autant d’ardeur (il a 10 ans et c’est toujours constant).

Même si ça fait maintenant 2 ans que nous savons que fiston a un TOP, que nous avons été en psychoéducation pendant un an pour aller chercher des outils, le TOP est comme une vague, elle revient… alors on remet tout en place, un système d’émulation, on ajuste notre autorité, nos interventions…

Comment s’en sortir?

Même si vous savez déjà ce qu’il faut faire pour vous sortir du cercle infernal de la confrontation, il est parfois bon de se les rappeler.  Voici donc des pistes d’intervention proposées dans l’article :

  • Tentez de trouver la cause du comportement de votre enfant. A-t-il vécu des choses difficiles récemment?
  • Renforcez le lien positif entre vous et votre enfant. Pour ce faire, assurez-vous de réserver des moments à votre horaire pour les consacrer juste à votre enfant. Ce sera l’occasion de jouer avec lui, de lui raconter une histoire, de l’écouter. Il sentira alors qu’il est important pour vous et cela renforcera son lien d’attachement. Ce n’est pas toujours chose simple, surtout quand l’enfant provoque, se venge et confronte sans cesse…
  • Faites de la discipline positive. Plus vous dites non, plus votre enfant le dira aussi. L’idée n’est pas de dire oui à tout, mais de nommer les limites positivement. Ainsi, s’il vous demande quelque chose, vous pourriez répondre : « Oui, mais quand tu auras pris ta pilule et brossé tes dents. » Et ça, ce n’est pas chose faites, croyez-moi!
  • Évitez l’argumentation. Plus vous répétez et prolongez vos explications, plus votre enfant aura l’occasion de s’opposer à vos demandes et plus la situation risque de s’empirer. Vous pouvez appliquer la règle du 1, 2, 3. Expliquez à votre enfant que vous compterez tout haut jusqu’à trois et que s’il n’a pas écouté, il devra assumer la conséquence que vous aurez préalablement déterminée.
  • Gardez le contrôle. N’attendez pas de perdre patience avant de formuler votre demande. Votre enfant fait une crise? Laissez-le en lieu sûr et sortez de la pièce. Laissez-le se calmer tout seul et arrêtez d’interagir avec lui quelques instants.  Difficile… très difficile.
  • Privilégiez le renforcement positif. Soulignez ses bons coups, encouragez-le souvent et dites-lui combien vous êtes fier de lui. De même, n’hésitez pas à donner de l’attention à votre enfant quand tout va bien. Lorsqu’il s’amuse tranquillement, dites-lui combien vous êtes content de lui. Et même quand on le fait constamment, on dirait qu’il est insatiable… que même s’il a été un champion et qu’on lui dit, ce n’est toujours pas assez.
  • Préparez un tableau de motivation. Ciblez 3 ou 4 comportements concrets à améliorer que vous récompenserez. Offrez-lui un privilège non matériel comme des minutes pour se coucher un peu plus tard, une période de jeu particulière avec vous, etc. Je vous propose d’ailleurs mon système des points bleus.

Je ne pensais pas dire une telle chose, mais le TDAH est vraiment de la petite bière comparativement au trouble d’opposition.  C’est de loin le trouble le plus difficile pour nous à la maison. Et ça ne touche pas juste nous comme figure d’autorité, ça touche aussi la fratrie qui souffre d’être elle aussi confrontée et baignée au coeur de confrontations. Ce que je retiens des recommandations, c’est de passer du temps positif avec l’enfant.  De lui accorder de l’attention, à condition qu’elle soit positive. Nous travaillons fort en ce sens, mais nous sommes aussi humains et on ne peut malheureusement tout contrôler et être parfaits.  S’agit maintenant de ne pas s’épuiser et d’arriver à garder la tête hors de l’eau.

Source : Naître et grandir (mars 2015)

Des scientifiques découvrent comment supprimer vos émotions négatives liées à certains souvenirs

Lorsque l’on se remémore des souvenirs, ceux-ci sont très souvent associés à des émotions. C’est le cas par exemple de votre premier jour à l’école ou de votre mariage. Mais dans le cas où les sentiments seraient moins positifs, des chercheurs ont trouvé le moyen de les retirer de votre mémoire.

Depuis quelque temps déjà, les scientifiques savent que les associations émotionnelles, ou valences, sont malléables.

Les thérapeutes utilisent souvent cette propriété de la mémoire pour traiter des patients atteints de stress post-traumatique, entre autres. Pourtant, les mécanismes nerveux qui déclenchent ces combinaisons souvenir/émotion sont longtemps restés mystérieux.

Aujourd’hui, une étude de l’Institut technologique du Massachusetts révèle quels sont les circuits neurologiques les plus actifs dans cette association entre mémoire et émotions.

Par ailleurs, les neurologues ont démontré qu’ils pouvaient annuler la valence d’un souvenir en activant certaines cellules du cerveau.

Deux régions du cerveau sont connues pour êtres déterminantes dans la formation de nouveaux souvenirs : l’hippocampe et l’amygdale.

L’hippocampe s’occupe de l’apparition des souvenirs, de leur organisation et leur classement. L’amygdale est impliquée dans le traitement émotionnel de ceux-ci.

Pourtant, jusqu’à maintenant, les chercheurs ne savaient pas à quel endroit du circuit neuronal les valences se liaient aux souvenirs. Ils ont donc utilisé une technique appelée optogénétique pour manipuler l’activité des neurones. A l’aide d’une protéine photosensible, ils ont repéré les cellules utiles, aussi bien dans l’hippocampe que l’amygdale. Ces neurones sont en fait celles qui sont activées lorsque l’ont vit une expérience gratifiante ou que l’on ressent la peur.

L’équipe a ensuite placé des souris dans une zone composée de deux pièces et ont observé quel endroit elle préféraient. Puis ils ont allumé une lumière bleue pour stimuler les neurones des souris afin de leur faire ressentir de la peur à chaque fois qu’elles entraient dans leur zone favorite. Elles ont donc rapidement évité cet endroit pour se rendre dans l’autre, ce qui suggère que le souvenir de la peur était bien présent en elles.

La même expérience a été menée en faisant éprouver le sentiment de gratitude aux rongeurs, en activant cette sensation lorsqu’ils allaient dans la pièce qu’ils aimaient le moins en théorie. Logiquement, les souris ont commencé à s’y rendre plus fréquemment, ce qui démontre qu’elles se souvenaient de cette sensation agréable.

Plus tard, les scientifiques ont tenté de supprimer la valence d’un souvenir en mettant les souris dans la situation inverse. Lorsqu’ils ont placé ces animaux dans la boîte à deux pièces, ceux qui à la base étaient conditionnés par la peur et évitaient la pièce en question recommencèrent à préférer cet endroit, suggérant que la valence a été inversée. Cela a également fonctionné pour les souris qui avaient été récompensées, et par conséquent soumises à de la peur ensuite.

Toute cette étude met en avant le fait que les valences sont encodées dans un circuit qui connecte le gyrus denté (une partie de l’hippocampe) avec l’amygdale. Les chercheurs sont actuellement en train de travailler sur une solution qui pourrait soigner efficacement la dépression.

Nous sommes ravis d’apprendre qu’une technique permettant de supprimer les émotions négatives voie le jour. Nous félicitions les chercheurs qui ont découvert cette méthode.

Espérons que dans un avenir proche, cela aboutisse à des traitements efficaces contre les phobies, la dépression ou le stress post-traumatique. Toutefois, certains à la rédaction seraient très inquiets de se faire influencer l’esprit de la sorte. Est-ce que vous laisseriez des médecins manipuler votre cerveau pour enlever vos plus terribles souvenirs ?

Source: http://www.elishean-aufeminin.com/des-scientifiques-decouvrent-comment-supprimer-vos-emotions-negatives-liees-a-certains-souvenirs/

 

On compte seulement trois Amish chez les autistes…

autistes chez les Amish

Ils sont trois autistes chez les Amish, là où on en s’attendrait à en trouver environ 200 ! Cette statistique pour le moins troublante a une explication. Probablement, ne la connaissez-vous pas et pour cause. L’inavouable raison du peu de cas d’autisme chez les Amish ne relève pas d’un facteur chance, vous vous en doutez. Mais alors qu’est ce qui fait que les membres de cette communauté ne développent pas, ou si peu, l’autisme ? Une maladie qui par ailleurs, concerne plus d’une naissance sur 100 de nos jours !

On compte seulement trois autistes chez les Amish, pourquoi si peu?

N’allez surtout pas dire que les vaccins ne fonctionnent pas, ou peu, ou qu’ils sont un facteur déclenchant de l’autisme… au risque de vous attirer les foudres de l’establishment médical. Le lien entre vaccins et autisme a beau avoir été mis à jour, le seul fait d’en parler vous fait basculer dans le camp des anti-vaccins, complotistes et autres qualifications peu flatteuses. J’en ai moi-même fais les frais, mais peu m’importe.

Même si certains vaccins remplissent parfois leur rôle, cela vaut-il la peine de courir le risque qu’ils font prendre pour la santé ? Bonne question, en tout cas s’interroger n’est certainement pas inutile. C’est probablement ce que chacun ferait s’il connaissait certaines statistiques pour le moins inquiétantes. Par exemple, les enfants qui reçoivent des vaccins contenant du mercure sont 27 fois plus susceptibles que les autres, de développer l’autisme. C’est une récente étude basée sur les propres données des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) qui l’affirme !

Aux USA, les pédiatres n’ont pas le droit de remettre en cause la vaccination, ni même de soulever des questions susceptibles de créer un débat. Ils ne peuvent déroger aux obligations légales ordonnées par la CDC. L’AMA (American Medical Association) veille au grain et n’hésite pas à discréditer les médecins récalcitrants. Certains ont été rayés de l’ordre des médecins et ne peuvent donc plus exercer. Voici la question qui devrait être posée, celle qui fâche :

Les nouveaux cas d’autisme déclarés diminueraient-ils soudainement, si le mercure n’entrait plus dans la composition des vaccins, y compris le vaccin contre la grippe ?

Pour bien comprendre, sachez qu’aucun enfant ne naît autiste. La maladie apparaît durant la petite enfance ou l’enfance. Elle est provoquée par une surcharge de neurotoxines consommées, injectées ou ingérées à partir d’un ou plusieurs facteurs environnementaux. Dans les faits : l’augmentation des troubles du spectre autistique au cours des deux dernières décennies aux États-Unis, coïncide directement avec l’augmentation du calendrier vaccinal imposé par les CDC, en quantité et en fréquence.

Pour savoir pourquoi l’autisme est presque inexistant dans la communauté Amish, il faut considérer que les Amish ont été « coupés » du progrès scientifique et médical depuis des siècles. Ainsi, ils ont été beaucoup moins exposés aux principaux facteurs déclencheurs de l’autisme, y compris aux vaccins controversés.

Si vous aviez un jour la possibilité de vous rendre en Pennsylvanie hollandaise, vous auriez très peu de chance de rencontrer un enfant Amish autiste. Rapporté aux statistiques globales de la population américaine, il devrait y avoir environ 200 personnes autistes dans la communauté Amish. Mais à ce jour, elles sont trois… L’une d’elle est issue d’une adoption, originaire de Chine. Parmi ces trois malades, un autre a été vacciné et a développé l’autisme peu de temps après.

Ces statistiques à prendre en considération

L’autisme touche plus de 20 millions de personnes dans le monde. Les sujets masculins sont quatre à cinq fois plus nombreux que les filles. Aux États-Unis, un enfant sur 68 développe un trouble du spectre de l’autisme (TSA), soit une augmentation de 30% par rapport à l’année 2012… à peine cinq ans auparavant !

Vous vous demandez comment on en est-on arrivé là ? Les enfants aux États-Unis reçoivent 50 inoculations avant l’âge de sept ans, dont beaucoup sont des combinaisons contenant de multiples souches de maladie. La majorité de ces injections contient également du mercure, du formaldéhyde (oui, le liquide avec lequel on embaume les morts), du glutamate monosodique et de l’aluminium, pour ne nommer que quelques-uns des neurotoxiques présents.

Les vaccins contre la grippe sont ceux contenant le plus de mercure, jusqu’à 25 000 fois ce que l’EPA autorise au maximum dans l’eau potable et les poissons comestibles. Vous l’ignoriez ? C’est bien normal, ce genre d’information n’est pas donnée au grand public et pour cause : le mercure est le deuxième élément le plus toxique connu pour l’être humain.

De par leurs croyances religieuses, les Amish refusent la vaccination

Heureusement pour les Amish, ils font aussi le choix de ne pas recevoir trois des vaccins parmi les plus controversés aujourd’hui sur le marché :

  • celui de l’hépatite B
  • le VPH (papillomavirus humain)
  • et bien sûr le ROR (rougeole, oreillons, rubéole)

De l’aveu même des CDC, ces trois vaccins ont un lien indiscutable dans l’apparition des troubles du spectre autistique. Ce trois « suspects » représentent malheureusement la plus grande campagne de vaccinations jamais entreprise dans l’histoire. En contradiction avec les allégations des CDC, la version multidoses du vaccin contre l’hépatite B contient encore du thimérosal .

Le système nerveux central immature et le foie des nouveaux-nés Amish sont eux épargnés par cette toxine volatile, grâce aux croyances religieuses de leurs parents. Dans les faits, les enfants Amish de développent pratiquement aucun trouble de l’apprentissage. La communauté Amish est également épargnée par d’autres maladies pourtant très présentent aux États-Unis comme les cancers, les maladies cardiaques et le diabète. Au-delà du refus de la vaccination, d’autres situations pourraient l’expliquer :

  • les Amish ne mangent pas de produits OGM
  • ils ne consomment pas de produits pharmaceutiques chimiques

Il est probable qu’aucun organisme réglementaire géré par le gouvernement ne réalisera d’étude comparative dans ce sens… mais la réalité parle d’elle-même. La santé des Amish est largement meilleur que celle des autres communautés présentes sur le sol américain.

Pourtant, la CDC refuse toujours de réglementer l’industrie des vaccins. Elle favorise ainsi l’utilisation des dangereux produits chimiques toxiques, des métaux lourds, des substances cancérogènes et des conservateurs mortels comme le mercure.

Il est indispensable de réfléchir à un style de style plus naturel et de reconsidérer notre rapport à la médecine de nos jours, si nous ne voulons pas être obligé de subir toute une cargaison permanente et invalidante « d’effets secondaires »… mortels. L’enjeu est de parvenir à préserver notre immunité face aux grandes maladies de ce siècle.

Source: http://www.mieux-vivre-autrement.com/seulement-trois-autistes-chez-les-amish-pourquoi-si-peu.html#sthash.TEIuSMAU.6pvvJJJt.dpbs

 

Le pouvoir du pendule pour vous et les enfants

formation-pendule-3

ATELIER OFFERT LE 28 JANVIER DE 9H30 À 16H30

Tout est énergie. Chaque individu émet et reçoit des vibrations, des énergies et c’est ainsi que chacun est relié à l’univers.

Le Pendule est un instrument qui jette un pont entre l’esprit logique et analytique et les pouvoirs de l’intuition.

En interprétant les mouvements du pendule, vous entrez en communication avec votre moi profond et intuitif, afin de capter la réponse à n’importe quelle question, qu’il s’agisse de localisation un ojet , de détecter les sources d’énergie souterraines, d’obtenir une réponse ou de vous auto-guérir.

Extrêmement utile pour réveiller l’intuition et la sensibilité
qui sommeillent en chacun d’entre nous.

TRÈS UTILE POUR SOUTENIR LES ENFANTS PRÉSENTANT DES PARTICULARITÉS. Les différents corps énergétiques des enfants TSA, TDAH et dysphasiques sont souvent déplacés occasionnant des désagréments (hypersensibilité) et des difficultés comportementales.

Un outil thérapeutique fort utile pour tout thérapeute énergétique.

Lors de l’atelier vous apprendrez à vous servir du pendule pour :
• obtenir des réponses diverses
• améliorer votre situation actuelle en vous libérant des blocages, traumatismes, sort, magie
• libérer les êtres (entités, force de l’ombre, êtres de la nature) accumulés dans votre corps
• vous libérer des liens toxiques ou des situations toxiques
• se libérer des mémoires de vies antérieures
• ajuster les chakras, les corps énergétiques et autres corps célestes
• procéder au nettoyage de votre milieu de vie, de votre travail
• nettoyer vos organes en ajustant leur fréquence, en libérant les éléments négatifs accumulés dans vos organes.
• Autres

Un atelier pratique pour apprendre des commandes qui vous seront transmises. Documentation remise. Animé par Ginette Savoie, médium, thérapeute énergétique, coach spirituelle.

Coût:125 (60% de rabais si vous avez la carte clic)
30$ pour ceux qui l’ont déjà suivi et qui veulent venir pratiquer

Inscription obligatoire: (514) 208-4994
VOUS DEVEZ AVOIR VOTRE PENDULE

WWW.GINETTESAVOIE.COM

STIMULER L’ÉNERGIE ET ÉQUILIBRER LES ÉMOTIONS

Faites cet exercice de 5 minutes avec vos mains pour stimuler l’énergie et équilibrer les émotions

Le Jin Shin Jyutsu est un art très ancien d’origine Japonaise qui utilise le toucher pour harmoniser l’énergie du corps. Vous pouvez l’effectuer sur vous-même pour aider à équilibrer votre énergie et vos émotions en stimulant les méridiens de vos mains.

La technique est simple, et on peut la faire n’importe où :

* Chaque doigt est connecté à différents organes et émotions/attitudes.Consultez la liste ci-dessous pour savoir sur quelle zone vous voulez vous concentrer ou pour équilibrer tout le corps.
* Tenez le doigt relié à l’émotion que vous voulez calmer, ou l’organe que vous voulez guérir pendant 3-5 minutes tout en respirant profondément.
* Si vous voulez une harmonisation totale du corps, vous pouvez le faire avec tous les doigts de chaque main.

Dans une étude réalisée sur des patients du Markey Cancer Center, ils ont ressenti des effets positifs, dont une réduction du stress et des nausées après chacune de leurs sessions. De nombreux patients qui avaient du mal à se reposer ont également déclaré qu’ils mettaient beaucoup moins de temps à s’endormir quand ils tenaient leur pouce.

C’est peut-être pour cette raison que les bébés ont tendance à trouver un confort en suçant leur pouce ou que les gens font un doigt d’honneur pour montrer leur colère ?

Stimuler l’énergie et équilibrer les émotions :

Le pouce

* Émotions/Attitudes : inquiétude, dépression, anxiété
* Organes: estomac, rate
* Symptômes physiques : maux d’estomac, maux de tête, problèmes de peau, nervosité

Index

* Émotions/Attitudes : peur, confusion mentale, frustration
* Organes: reins, vessie
* Symptômes physiques : problèmes digestifs, inconfort au niveau du poignet, du coude, du haut du bras, douleurs musculaires et au dos, problèmes de dents/ gencives, et dépendances

Majeur

* Émotions/Attitudes : colère, irritabilité, indécision
* Organes: foie, vésicule biliaire
* Symptômes physiques : problèmes de vue, fatigue, migraines, céphalées frontales, crampes menstruelles, problèmes de circulation

Annulaire

* Émotions/Attitudes : tristesse, peur du rejet, chagrin, négativité
* Organes: poumons, gros intestin
* Symptômes physiques : problèmes digestifs, problèmes respiratoires (asthme), bourdonnements dans les oreilles, sérieux problèmes de peau

Auriculaire

* Émotions/Attitudes : surmenage, faible estime de soi, insécurité, jugement, nervosité
* Organes : cœur, intestin grêle
* Symptômes physiques : problèmes osseux ou nerveux, problèmes cardiaques, pression artérielle, maux de gorge, ballonnements

Source: http://patetnina.fr/stimuler-lenergie-et-equilibrer-les-emotions/

Les rhumes sont causés par des conflits

Les rhumes (2)

Selon la Nouvelle Médecine Allemande, attraper un rhume n’est pas un hasard. Le rhume est lié à des événements dans votre vie actuelle, et non à ce que vous pourriez penser. Se laver les mains et manger des aliments contenant de la vitamine C sont bons pour la santé, mais les événements dont nous parlons ici sont autres.

Des chercheurs ont constaté qu’il y a deux phases principales dues à la maladie.

Il y a la phase active du conflit  et le processus vagotonique de guérison. La plupart des chercheurs et professionnels de la santé sont seulement conscient de la deuxième phase parce que c’est là que se déroulent tous les symptômes négatifs tels que l’écoulement nasal, la fièvre et la toux.

Dans la phase active du conflit, notre corps réagit aux conflits que nous rencontrons. Cela peut être un événement dans votre vie, comme le décès d’un animal, la perte de votre emploi, ou peut-être même une cause émotionnelle comme les disputes avec votre conjoint ou le fait d’être trop stressé au travail.
La raison pour laquelle cela a un sens, c’est que ces différents facteurs de stress se passent activement lorsque vous vous disputez ou que vous êtes dans un avion. Pendant une dispute ou lors d’un voyage en avion, vous effectuez un mode de survie pour gérer le conflit. Si vous êtes en mode survie pendant trop longtemps, vous pouvez finir par avoir un contrecoup ou être en phase de reconstitution de ce conflit.

Imaginez que vous courez rapidement et intensément jusqu’à ne plus avoir d’énergie. Qu’est-ce qui se passe après cela? En général, soit la fatigue s’installe, soit vous avez besoin d’eau ou de nourriture. Il est possible que vous ayez mal aux muscles le lendemain, étant donné qu’ils ont besoin de récupérer de la course. De la même façon, après un événement qui crée un stress, que ce soit psychologique ou physique, vous vous retrouverez peut-être dans une phase de cicatrisation pour récupérer de ce conflit.

 

Typiquement, la phase de guérison viendra de deux façons.

La première est par la résolution du conflit: par exemple en discutant avec la personne avec qui vous êtes en colère, en réparant votre voiture, ou en réussissant ce test scolaire pour lequel vous avez beaucoup révisé. Quand le conflit est résolu, votre corps passe par une étape de récupération qui est indispensable.

La deuxième façon par laquelle vous entrez dans la phase de guérison, c’est lorsque votre corps devient tellement épuisé par le conflit que vous vous effondrez à cause du stress et à la pression que vous supportez. C’est votre corps qui vous oblige à vous reposer afin de pouvoir guérir suffisamment pour faire face au conflit qui vous a physiquement épuisé pendant toute cette période. Comme vous pouvez l’imaginer, cette façon suivante est dangereuse parce que si le conflit n’est pas résolu, le cycle se répètera et vous retomberez à nouveau malade. Les cycles répétitifs à long terme tels que celui-ci peuvent se manifester en maladies graves qui risquent même de vous désemparer.

Même si nous nous sentons bien en ce moment, nous pouvons être encore dans la phase active du conflit. C’est pourquoi nous devons écouter notre corps, en prendre bien soin et reconnaître que les émotions rattachées au système d’avertissement que notre corps a mis en place pour se maintenir fort et en bonne santé. Écoutez vos sentiments. Est-ce que vous pourriez ignorer les signes d’une crise cardiaque? Alors pourquoi ignorez-vous votre anxiété, votre tristesse ou votre colère?

Dans la vie, il est important de réévaluer combien d’heures on travaille, ce que l’on mange, et notre manière d’interagir avec les gens. Lors d’un moment de méditation, soyez honnête envers vous-même et sur ce que vous ressentez vraiment. Osez vous poser ces questions: Qui dois-je atteindre? Que dois-je faire pour garder mon esprit et mon corps équilibrés? Peut-être que j’ai besoin de jouer, ou de faire de l’exercice, ou d’avoir une conversation sur l’amour avec un ami.

Nous sommes des êtres entiers, et pour être entiers, nous devons commencer à regarder notre vie sous autant d’angles que possible. Essayez d’observer les tendances de votre vie et voyez si vous pouvez trouver une corrélation entre la maladie et les événements dans votre vie. Si votre famille vit un traumatisme et que tout le monde a la diarrhée, c’est un signe.
Êtes-vous atteint d’une maladie? Nous vous recommandons fortement de suivre la recherche sur la Nouvelle Médecine Allemande du Dr Frank Hamer. Il a quelques documents incroyables sur le cancer et les maladies graves que tout le monde devrait connaître.

Avez-vous vécu une telle expérience dans votre vie? Qu’est ce qui était réellement lié à la dégradation de votre santé? Vous pouvez vous exprimer et laisser votre commentaire ci-dessous.
Merci 🙂

Source: http://www.espritsciencemetaphysiques.com/les-rhumes-sont-causes-par-les-conflits.html#sthash.NrmNqyZs.dpuf