Bracelets Rainbow Loom: des contrefaçons dangereuses pour la santé

RAINBOW LOOMS

Ce sont les bracelets de l’été. Formés de petits élastiques multicolores noués les uns aux autres, les bracelets Rainbow Loom ont commencé par envahir les cours de récré tout au long de l’année scolaire 2013-2014 avant que les parents et les célébrités (du pape à Miley Cyrus en passant par la famille royale d’Angleterre) découvrent le phénomène.

Cependant, comme tout marché florissant, des concurrents sont apparus, vendant les fameux élastiques moins chers. Problème, ces bracelets meilleur marché sont aussi de moins bonne facture. Fin juillet 2014 Des chercheurs britanniques ont comparé la composition de 16 marques vendues à bas prix en dehors des magasins de jouets sur le sol anglais. Leurs conclusions sont sans appel, de nombreuses substances chimiques utilisées dépassent les limites autorisées dans 18 % des produits testés.

Des perturbateurs endocriniens

C’est le cas des phtalates, des produits utilisés pour assouplir le plastique. Dans certaines de ces copies « low cost » on peut retrouver jusqu’à 50% de phtalates quand l’Union Européenne les limite normalement à 0,1%, comme le rappelle le Daily Mail.

Un problème à prendre au sérieux, les phtalates sont des perturbateurs endocriniens, responsables de troubles de la reproduction et sont suspectés d’être cancérigènes. Ils peuvent entraîner une puberté précoce chez certains enfants et des risques d’infertilité.

En France l’Association Santé Environnement France a aussi alerté sur les risques des copies de ces élastiques. « Lors de l’achat, vérifiez que l’emballage porte la mention CE. Cela garantit que les produits respectent la réglementation », a-t-elle expliqué sur son site le 18 août dernier. Le site spécialisé Rainbowloom.fr propose aussi, photos à l’appui, un guide pour ne pas se tromper en achetant une contrefaçon ne respectant pas les normes européennes.

Source: http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/08/20/bracelets-rainbow-loom-dangers-contrefacons_n_5694028.html?ncid=fcbklnkushpmg00000063

 

 

Attention révolution ! Cet objet rend n’importe quelle eau potable !

Cet objet pourrait faire le tour du monde d’ici peu de temps, et son créateur très vite sortir de l’anonymat.

En effet, le jeune homme, du nom de Jeremy Nussbamber, a mis au point un objet permettant de filtrer les bactéries qui se place à l’embout de la bouteille d’eau et permet de la rendre potable, quelle que soit la nature ou la provenance de l’eau !

Cet objet, nommé Drink Pure, pourrait être la réponse à tous les problèmes de l’eau non potable tuant des millions de personnes, notamment en Afrique. Il est compatible avec n’importe quelle bouteille d’eau dans le monde, ce qui permettra peut-être à Jeremy de vendre son produit dans le monde entier, lui qui espère pouvoir le commercialiser en Afrique d’ici janvier 2015. Bravo à lui pour cet objet révolutionnaire !

Attention révolution ! Cet objet rend n’importe quelle eau potable !

drink-pure2

Source: http://croah.fr/revue-de-presse/attention-revolution-cet-objet-rend-nimporte-quelle-eau-potable

POUR FAVORISER UN SOMMEIL RÉPARATEUR

CHANDELLEComme les Indigo éprouvent quelques difficultés à bien « habiter leur corps » et/ou à « ancrer leur énergie », ils ont tendance à continuer à être agités même la nuit. Certains sortent même de leur corps pour aller « se promener » à travers les autres dimensions. Le fait de porter des bas rouges agit comme un « ground », un outil de « mise à la terre » qui oblige l’enfant à demeurer dans son corps… jusqu’au bout des orteils!

Et comme autre truc, déposer une petite pierre «Obsidienne à flocons de neige» dans la taie d’oreiller avant le coucher. Ne pas oublier de nettoyer la pierre et de la ré-au soleil au moins une fois/semaine.

Source: http://lune-rouge888.skyrock.com/3137701216-Enfants-et-Adultes-Indigo-En-etes-vous-un.html

Que deviennent les surdoués?

Leur Q.I. hors normes nous fait rêver. Pourtant, un cerveau qui tourne en permanence à grande vitesse n’est pas toujours un cadeau.

On les appelle « surdoués », « Haut QI », « Haut potentiel intellectuel ». Ils forment à peu près 2 % de la population. L’intelligence étant insaisissable au microscope, seul le QI global, imparfait et critiqué, permet d’étalonner ces aptitudes cognitives hors normes .

images (7)

Cependant, les rares études effectuées par IRM sur ces cerveaux surefficients les montrent en activité permanente, clignotant comme un sapin de Noël : une information simple provoque d’innombrables connexions neuronales, traduisant le fonctionnement caractéristique d’une pensée « en arborescence » à grande vitesse. Alors que chez 98 % de la population, seule une zone spécifique du cerveau, celle du langage par exemple, « s’allume » pour traiter cette information.

On les pense comblés. Eux n’ont de cesse de gommer ou d’apprivoiser leur étrange différence. « L’angoisse m’a terrassé au collège et au lycée, je ne pouvais plus aller en classe pendant les crises. J’ai cherché une explication, une solution miracle, mais c’est la maturité qui m’a conduit vers le bien-être. J’ai dompté l’angoisse en ne laissant aucun vide par où elle pourrait entrer : des études de droit et de sciences politiques à Lyon, l’association Agora que j’ai fondée pour animer des débats d’actualité, le site internet Candidatarien.com, la page de rencontres entre étudiants Spotted Lyon 3… Je suis tout le temps sur la brèche », raconte Sébastien, 19 ans, détecté surdoué à 8 ans.

La révélation, puis le redémarrage

Que deviennent les surdoués à l’âge adulte ? La question obsède la petite escouade de psychologues cliniciens qui, voilà vingt-cinq ans, ont aidé à sortir du placard des cohortes de gamins précoces. Des chiffres – invérifiables – circulent : un tiers serait englouti dans l’ennui et les tourments identitaires, un tiers irait aussi bien que vous et moi, le dernier tiers s’estimant parfaitement heureux.

Faute de trouver des réponses dans les éprouvettes, les cliniciens, confrontés aux difficultés existentielles de personnalités aussi décalées, cherchent plutôt les clés du bonheur dans les parcours de vie : pourquoi les adultes surdoués qui vont bien… vont bien ?

A première vue, ils occupent tous types de postes, tous types de métiers. Ils sont éleveurs de chats persans, juristes, informaticiens, chefs d’entreprise, artisans, comédiens… Quelques terres d’élection semblent tout de même attirer ces caractères entiers qui rêvent d’embellir le monde : le droit, les sciences politiques, les milieux créatifs. « Il y en a aussi beaucoup chez les ecclésiastiques, j’ai des prêtres et des bonnes sœurs en consultation. L’une est arrivée en vrac, bouleversée de se sentir incomprise des autres nonnes », rapporte la psychologue Jeanne Siaud-Facchin, thérapeute opiniâtre. S’exaspérant de voir « la majorité des psychiatres dans le déni », cette dernière a lancé dans le privé ce que l’hôpital public n’encourageait pas : des consultations spécialisées pour ces drôles de « zèbres », comme elle les appelle. Et une association qui leur est dédiée *.

Ses livres tendent aux surdoués qui s’ignorent un miroir bouleversant : la révélation de leur « douance » explique enfin leur bizarrerie et restaure leur foi en eux-mêmes. C’est souvent l’occasion d’un redémarrage. Là cèdent les blindagesinconscients, posés depuis l’enfance, contre l’effraction des émotions ou d’un mental envahissant. « J’avais verrouillé mes émotions à triple tour, enfoui ma personnalité sous une carapace hyperlogique, j’étais devenu le vrai geek autarcique », confie David, 31 ans. Cet informaticien s’est découvert « HQI » il y a seulement un an et a suivi un cursus en développement personnel : « Je me regarde tel que je suis : un hyperempathique ! J’ai entrepris une licence de psychologie pour remettre de l’humain par-dessus la technique. Je retrouve une vie sociale, amoureuse. »

De manière frappante, les surdoués qui jugent leur vie satisfaisante se définissent avant tout comme des « hypersensibles », cette nature indissociable de leur efficacité mentale. « Ceux qui trouvent leur place s’appuient sur cette vague d’émotions pour en tirer une énergie créatrice, une puissance d’engagement », décrypte Jeanne Siaud-Facchin. Chez la majorité des gens, le système de pensée est analytique : le cerveau gauche permet d’ordonner des informations selon un fil logique qui inhibe, au fur et à mesure, le flot des pensées annexes. Chez les surdoués, le cerveau droit domine : c’est un système de pensée intuitif, « analogique », qui fonctionne par cascades d’associations d’idées. « Les surdoués n’ont pas été livrés avec l’option “inhibition des pensées divergentes”, ils rêvent souvent d’avoir le bouton “pause” pour arrêter la machine », sourit Jeanne Siaud-Facchin. Les surdoués heureux ont bel et bien appris à piloter leurs émotions comme le véritable turbo de leur pensée.

Pour guider ces éternels agités du bocal, la thérapeute propose la méditation de pleine conscience. « C’est l’outil le plus puissant que j’aie trouvé. La méditation permet de canaliser le foisonnement mental pour se connecter aux sensations, au corps, pour être uniquement dans le plaisir du moment présent. Le problème des surdoués, c’est qu’ils sont rarement dans cet alignement du mental, du corps et de l’instant. Ils ont le sentiment de n’être jamais dans le bon tempo. »

Source: livreblogdujeudutao.unblog.fr/2014/08/10/que-deviennent-les-surdoues/

 

LE POUVOIR DES MOTS

ll est dit que « les mots sont le miroir du cœur » et sont aussi le reflet de mes pensées. Ainsi, si je veux avoir un langage rempli de Liberté, de Sagesse et d’Amour, il y a des mots ou du moins une certaine forme de langage dont je dois tenir compte.

Conférencier depuis 1978, l’auteur nous partage aussi son expérience et les mots qu’il utilise dans ses communications avec le public lors de ses conférences au Québec et en Europe depuis 1998, ­­­afin de faciliter une meilleure compréhension au niveau du cœur♥.

Son livre « Le pouvoir des mots » est excellent pour comprendre les conséquences de nos pensées.

Le POUVOIR des MOTS... qui me libèrent!

 

 

 

 

LES TYPES DE MÉMOIRE

La mémoire sensorielle

apprendre2013La mémoire sensorielle est l’aptitude de garder un élément en mémoire entre 200 millisecondes à trois secondes grâce à la perception visuelle et à perception auditive.

Les organes des sens transmettent des informations à certaines zones cérébrales où elles sont analysées très brièvement.

C’est ainsi qu’il est possible de se souvenir de ce que l’on a vu, touché, dit … La mémoire sensorielle est capital dans le processus de mémorisation car on doit passer par là pour ensuite enregistrer l’information dans la mémoire à court terme.

La mémoire de travail

La mémoire de travail ou mémoire à court terme nous permet de retenir dans une durée comprise entre une et environ dix secondes, jusqu’à sept éléments pour la majorité des personnes.C’est d’ailleurs pourquoi nous regroupons les numéros de téléphone en groupes de 2 ou 3 chiffres au lieu de les lister sous forme d’une suite de 10 chiffres.

La mémoire de travail va permettre à l’esprit de retenir les informations durant la réalisation de taches.Elles sont traitées pour être ensuite stockées par la mémoire à long terme.L’exemple le plus classique de la mémoire de travail est celui de la recherche d’un objet que l’on a égaré tout en évitant les endroits où l’on sait pertinemment qu’il ne sera pas!

La mémoire à long terme

La mémoire à long terme est la troisième catégorie de mémoire temporelle qui résulte d’un stockage durable à l’intérieur de certaines zones du cerveau.

Cette mémoire à long terme peut être déclarative et non déclarative.
Elle diffère des autres mémoires car les données n’y sont pas effacées après leur traitement et se conservent pendant une très longue période, allant de quelques jours à toute une vie.  Attention, cette mémoire n’est pas sans faille et peut nous jouer des tours !

Elle peut déformer légèrement des faits et sa fiabilité a tendance à décroître avec l’âge !  La mémoire a long terme est divisée en deux grandes catégories : la mémoire explicite ou déclarative et la mémoire implicite ou non déclarative.

La mémoire déclarative regroupe toutes les choses dont on a conscience de se souvenir et que l’on peut décrire avec des mots.

Elle repose sur un enregistrement de connaissances culturelles ou générales qu’un individu peut faire émerger consciemment  avec la mémoire sémantique.

Par exemple, le seul fait qu’un homme ai marché sur la lune peut avoir été en rapport avec notre propre vie, mais est stocké comme élément du savoir.

Parallèlement, la mémoire explicite traite de souvenirs personnels datés et localisés avec la mémoire épisodique.

La mémoire non déclarative, appelée mémoire procédurale ou implicite ne s’exprime pas avec des mots et ne fait pas l’objet d’un rappel conscient.

C’est par exemple notre habilité à savoir marcher, jongler, faire un nœud…  Elle n’est pas accessible a la conscience contrairement à la mémoire déclarative.

Il s’agit de souvenirs qui concernent des associations et des savoirs faire comme  par exemple faire du vélo. Ces gestes sont appris grâce à leur répétition puis stockés dans la mémoire procédurale à long terme. Elle ne nécessite pas un rappel conscient de l’apprentissage des gestes.

La mémoire émotionnelle enregistre des émotions liées à des expériences vécues. Elle conditionne inconsciemment notre comportement et nos pensées.

Source: http://bloghoptoys.fr/les-differents-types-memoire