AVOIR UN CHIEN, C’EST BON POUR LA SANTÉ

Et si l’assurance santé de votre bébé ressemblait à une simple bête à poil ? Selon une étude américaine, les enfants au contact d’un chien durant la première année de leur vie seraient moins touchés par certaines maladies.

Selon une étude américaine publiée ce lundi dans la revuePediatrics, les bébés ayant un contact avec des chiens attrapent moins d’infections de l’oreille et d’affections respiratoires que ceux dont les domiciles n’abritent aucun animal, conclut une étude américaine publiée lundi.

L’étude ne dit pas pourquoi, mais suggère que vivre au contact d’un chien qui passe au moins une partie de sa journée à l’extérieur pourrait renforcer le système immunitaire d’un enfant dans la première année de sa vie. Les chats, également, semblent apporter une certaine protection aux bébés, bien que l’effet observé ait été plus faible qu’avec les chiens.

L’étude s’est basée sur 397 enfants finlandais dont les parents ont consigné quotidiennement dans un journal l’état de santé de leur enfant durant sa première année, de l’âge de 9 semaines à l’âge de 52 semaines. Dans l’ensemble, les bébés en contact avec des chats ou des chiens à domicile étaient environ 30 % moins enclins à manifester les symptômes d’infections respiratoires – incluant la toux, le sifflement, la rhinite (nez bouché ou qui coule) et la fièvre – et environ moitié moins enclins à développer des infections de l’oreille. « Ils étaient en bien meilleure santé pendant la période d’étude », affirme l’étude menée par des experts de l’hôpital universitaire de Kuopio, en Finlande.

Moins de traitements antibiotiques

La protection la plus efficace a été observée chez les enfants qui avaient un chien présent à l’intérieur de la maison jusqu’à six heures par jour, par rapport aux enfants qui n’avaient pas de chien ou qui avaient des chiens qui étaient toujours dehors. « Nous montrons des premières preuves que la possession d’un chien peut être protectrice contre les infections de l’appareil respiratoire pendant la première année de la vie », dit l’étude. « Nous faisons l’hypothèse que les contacts animaux pourraient aider à faire mûrir le système immunitaire, menant à des réponses immunitaires plus efficaces et à des périodes d’infection plus courtes. »

L’amélioration a été significative, même après que les chercheurs ont écarté d’autres facteurs qui pourraient renforcer le risque d’infection, comme le fait de ne pas avoir été allaité, de fréquenter une crèche, d’être élevé par des fumeurs ou des parents asthmatiques, ou d’avoir des frères ou des sœurs plus âgés dans la famille. En plus d’avoir moins fréquemment des infections de l’oreille et respiratoires, les bébés proches de chiens nécessitaient en moyenne moins de traitements antibiotiques par rapport à ceux qui étaient élevés dans des domiciles sans animal domestique, affirme l’étude.

Des études précédentes ont montré des résultats contradictoires, certaines ne trouvant aucun bénéfice pour les jeunes enfants à vivre à proximité d’animaux à fourrures, d’autres trouvant que le contact animal semble offrir une certaine protection contre les rhumes et les affections de l’estomac. Les auteurs de l’étude expliquent que leur travail diffère des analyses précédentes parce qu’il se concentre uniquement sur la première année après la naissance et n’inclut pas d’enfants plus âgés.

Source: http://www.inrees.com/articles/Avoir-un-chien-c-est-bon-pour-bebe/)

Les blessures de l’âme ou de l’enfance

upset young blond man sitting on stairs laying his hand on his arm

Nous portons tous en nous des blessures archaïques qui parfois « handicapent » notre vie et nous mettent en souffrance. Certaines personnes peuvent en être affectées plus que d’autres, ou pas du tout, restant néanmoins sous-jacentes, bien tapies.

Pour chacun, certaines prédominent, c’est ce qui explique que tout le monde ne « souffre» pas des mêmes blessures.

Ces blessures sont véhiculées de génération en génération, « portées » par la famille et sont donc inconsciemment transmise au fœtus au moment de la fécondation, puis se « biologisent ».

Elles sont ensuite renforcées par des situations que l’on attire sans en avoir conscience, c’est ce que l’on appelle la loi d’attraction, ce qui fait que bien malgré nous, nous pouvons passer de bourreaux à victimes et inversement.

Voici les principales blessures: l’abandon, le rejet, l’injustice, l’humiliation et la trahison, mais elles en « abritent » bien d’autres comme, se sentir dévalorisé, mésestimé, incompris, nié, etc.

Il y a une différence à faire entre avoir été  réellement abandonné, rejeté, humilié…, ou s’être senti abandonné, rejeté, humilié… Avoir le ressenti,  ne signifie pas qu’en réalité on l’a été. Lors d’une situation, le mental saisit un fait et se l’approprie et fait abstraction de tout le reste. Ce fait est monté en épingle dans notre esprit et les émotions qui en découlent répondent à des blessures  enfouies. Nous ne voyons plus la réalité dans son ensemble, nous réagissons en fonction de notre monde émotionnel.

Toutes les « blessures » sont des manifestés, l’expression de conflits archaïques  non-résolus par la généalogie qui, à travers la souffrance cherchent à être « guéris ». Elles sont ressenties avec plus ou moins d’intensité selon ce qui est « donné » à chacun de vivre pour les résoudre. Il arrive même, que le conflit s’arrête lorsqu’il n’y a pas d’enfant, comme pour dire « plus jamais ça » !

Elles sont donc vécues très tôt dans l’enfance, parfois même en-utérin. Ensuite, si elles ne sont pas cicatrisées, elles restent actives, et seront re-vécues plusieurs fois dans la vie d’adulte en écho. C’est la raison pour laquelle, on reconnecte nos blessures, au travers de situations qui les re-stimulent et les réactivent. C’est là, une occasion pour l’adulte que nous sommes devenus de les guérir, c’est comme un appel de l’enfant intérieur, à la guérison (guéris-sont) de ses souffrances. Si l’on reste sourd à cet appel, ces blessures se renforceront.

 

Toutes ces blessures mettent en exergue le pouvoir que l’autre a sur soi, qu’il lui soit donné ou pas.

Source: http://se-ressourcer.over-blog.com/article-les-blessures-de-l-ame-111369937.html)

L’attachement sécurisant: une base pour l’avenir

holding hands by aarongilson, on Flickr

L’analyse des études internationales portant sur l’attachement révèle l’importance du lien affectif parent/enfant. Fondamental pour le développement socioaffectif, l’attachement précoce a des conséquences étendues et durables, notamment sur le plan cognitif, linguistique et scolaire.

Rédigé par Sophie Moullin, Jane Waldfogel et Elizabeth Washbrook, ce rapport montre qu’un attachement sécurisant dans les trois premières années de vie sert de « base de sécurité » pour le développement ultérieur de l’enfant, lui permettant une participation sociale optimale.

L’attachement sécurisant s’obtient grâce à la chaleur et à la sensibilité , ce que les parents en situation économique et émotionnelle précaire peuvent avoir de la difficulté à fournir.

Résultats

  • Le lien que l’enfant développe avec ses parents en bas âge est essentiel à son épanouissement.
  • Un enfant sans lien parental sécurisant est plus susceptible de présenter des troubles de comportement et de littératie.
  • Les garçons qui grandissent dans la pauvreté sont deux fois et demie moins susceptibles d’afficher des problèmes de comportement à l’école s’ils ont un attachement sécurisant avec leurs parents dans leurs premières années de vie.
  • Beaucoup d’enfants n’ont pas d’attachement sécurisant. Environ 1 enfant sur 4 évite ses parents quand il est en colère, parce que ceux-ci ignorent ses besoins.
  • Le plus grand prédicteur d’attachement insécurisant pour un enfant est que ses parents ne soient pas attachés de façon sécurisante eux-mêmes.

Pour consulter le rapport: http://rire.ctreq.qc.ca/2014/05/attachement_securite/

LES CAUSES DE L’AUTISME NE SERAIENT QU’À MOITIÉ GÉNÉTIQUES

cerveau

Une grande étude conduite en Suède indique que les gènes sont aussi importants que les facteurs environnementaux parmi les causes de l’autisme, alors que des études précédentes leur donnaient beaucoup plus d’importance.

Les chercheurs disent avoir été surpris de découvrir que l’hérédité pesait pour environ 50 %, beaucoup moins que des estimations précédentes de 80 à 90 %, selon un article publié dans le Journal of the American Medical Association.

Ces résultats proviennent de l’analyse de données de plus de deux millions de personnes en Suède entre 1982 et 2006, la plus grande étude réalisée à ce jour sur les origines génétiques de l’autisme, qui affecte environ une personne sur 100 dans le monde. Des statistiques américaines récentes ont estimé qu’une personne sur 68 était autiste aux États-Unis.

«Nous sommes surpris par nos résultats, car nous ne nous attendions pas à ce que les facteurs environnementaux soient aussi importants dans l’autisme», a expliqué Avi Reichenberg, chercheur au Mount Sinai Seaver Center for Autism Research, à New York.

Ces facteurs, non disséqués par l’étude, pourraient inclure selon les auteurs le statut socio-économique du foyer, des complications à la naissance, des infections maternelles et les médicaments pris avant et pendant la grossesse.

Les coauteurs de la recherche sont au King’s College, à Londres, et au Karolinska Institutet, à Stockholm.

Les scientifiques comprennent encore mal les origines de l’autisme, et plus de recherche est nécessaire dans ce domaine. Des études récentes se sont notamment penchées sur l’origine prénatale, pendant la grossesse, de ce trouble du développement.

(source: http://www.lapresse.ca/sciences/genetique/201405/04/01-4763431-les-causes-de-lautisme-ne-seraient-qua-moitie-genetiques.php)

12 RAISONS POUR PRENDRE UNE DOUCHE FROIDE

douche froide

Si prendre une douche permet, en général, d’hydrater sa peau, d’enlever les celles mortes, d’éviter l’odeur de la sueur, de se débarrasser de la poussière sur les parties non couvertes du corps et des cheveux et d’éloigner les moustiques ; et bien lorsqu’on la prend froide c’est encore mieux !

1 – La douche froide renforce l’immunité : Elle renforce vos aptitudes à lutter contre la maladie et l’infection ; telles que : le cancer, les rhumes, les hémorroïdes ou les varices, car

elle augmente la production de lymphocytes T (CD8 et NK) très efficace contre les bactéries.

2 – La douche froide améliore la circulation sanguine : Vous exposer au froid signifie que votre corps fait de la « vasoconstriction ». Il s’agit d’un resserrement de vos artères et les veines qui aide le sang à circuler à une pression supérieure ; vu qu’il y a moins d’espace. De plus, le sang est rapidement envoyé vers les organes vitaux pour les garder au chaud, ce qui augmente la circulation sanguine générale.

3 – La douche froide aide à perdre du poids : La graisse brune se trouve dans nos corps et nous aide à combattre le froid. Et cette graisse brune permet de bruler de la graisse blanche ; et par conséquent de mincir. Ces cellules brûlent du glucose pour tenter de produire de l’énergie thermique ; afin d’avoir plus chaud.

4 – La douche froide agit contre l’insomnie : Quand il fait très chaude, une douche tiède vous aide à diminuer votre température corporelle et favorise ainsi le sommeil.

5 – La douche froide régule la température du corps : Recommandée dans le cas où  on souffre du symptôme des  mains et  pieds froids, ou si on transpire beaucoup trop.

6 – La douche froide soulage la dépression : l’eau froide stimule une zone du cerveau qui est la source principale de noradrénaline dans notre corps. Cette dernière est une hormone naturellement antidépressive. D’une autre part, la peau contient plus de récepteurs sensibles au froid qu’à la chaleur. D’ailleurs, un chercheur a démontré que 2 à 3 de minutes sous une douche à 20°C entraîne un afflux électrique important au niveau cérébral.  Aussi, l’eau froide libère une grande quantité d’endorphines, appelés hormones du bonheur, comme lorsqu’on fait du sport. Donc prendre une douche froide sert aussi à déstresser et à se calmer.

7 – La douche froide accélère le métabolisme : vu l’augmentation des niveaux de graisse brune, la pression artérielle et la température du corps, une douche froide accélère le métabolisme ; ainsi tout processus dans le corps deviendra plus efficace (une croissance plus accélérée, une meilleure réparation des muscles et d’autres cellules, meilleure digestion…).

8 – La douche froide rend plus beau ! L’eau froide contracte vos vaisseaux sanguins ; ce qui réduit l’enflure et l’apparence des cernes sous les yeux. Un jet d’eau froide sur la poitrine permet aux femmes de garder un buste ferme. De plus, l’eau froide rend les cheveux brillants ; et ferme la cuticule du cheveu. Ainsi vos cheveux sont forts et résisteront plus à la chute.

9 – La douche froide favorise la respiration : Lorsqu’on prend une douche froide, on commence spontanément par inhaler très profondément. Le corps réagit pour tenter de lutter contre le stress du choc en fournissant la quantité nécessaire d’oxygène pour respirer et tenir au chaud. Par conséquent, les poumons sont ouverts, comme à un exercice physique, pour prendre plus d’air. Cela permet de tonifier son corps et de garder la forme tout au log de la journée.

10 – La douche froide augmente la production d’hormones : Le froid stimule les glandes du corps ; notamment très efficace pour la fertilité chez l’homme car le taux de spermatozoïdes augmente de 491% sous le froid.

11 – La douche froide comme antalgique : Elle augmente la sécrétion d’endorphines ; qui ont l’effet d’anti-douleurs et provoquent une sensation de bien-être.

12 – La douche froide pour préserver la planète !  Une douche vaut  mieux qu’un bain ; pour les écolos. Pour un bain on consomme jusqu’à 110 litres d’eau contre moitié moins pour une douche. Et si de plus, celle-ci est froide, vous ferez couler le robinet bien moins longtemps et vous économisez aussi l’énergie pour chauffer l’eau.

Sonia ben jaballah

http://www.eddenya.com/sante-et-sciences/3967-12-raisons-pour-prendre-une-douche-froide-le-matin

© 2014, Recherche et transmission par Michel / Arcturius.
Partager en toute liberté en citant la source et Les Chroniques d’Arcturius