Peut-on nuire par le biais de nos pensées?

Comment agissent nos pensées ?

Si nous pouvons arriver à mieux comprendre des notions spirituelles en les comparant à des phénomènes naturels, nous pouvons y arriver aussi en empruntant parfois des exemples dans le domaine de la science et de la technologie. En voici un.

Prenons l’exemple de robots – à forme humaine ou non — qui peuvent accomplir des tâches bien précises, celles pour lesquelles ils ont été programmés. Nos pensées, qui sont quand même des créations plus vivantes que les robots, ont des réactions qui s’apparentent à eux. Si les êtres humains ont un libre arbitre qui les rend imprévisibles, parce qu’on n’est jamais vraiment sûr à l’avance de la décision finale qu’ils vont prendre, les formes-pensées et les créations de la technologie, elles, sont prévisibles, car elles exécutent uniquement ce pour quoi elles ont été programmées.

Nos pensées — qui sont invisibles et impalpables à nos sens physiques — ont une forme précise et elles agissent concrètement sur un plan astral que l’auteur du Message du Graal nomme : « matière dense de faible densité ».

À force d’être alimentées, elles finissent par devenir assez fortes pour influencer, déclencher ou soutenir maints événements dans notre monde physique ; bien sûr, des événements qui sont en affinité avec le genre de ces pensées.

Donc, nos pensées pourraient être comparées à des robots très sophistiqués que nous fabriquerions nous-mêmes régulièrement, que nous programmerions en même temps pour qu’ils accomplissent telle ou telle fonction, celle qui correspond à ce que nous voulons vraiment, à ce que nous souhaitons sincèrement.

Une fois bien construites et programmées, ces formes-pensées s’en vont toutes seules et agissent de façon apparemment autonome, cherchant à réaliser la « mission » que nous leur avons confiée, consciemment ou sans nous en rendre compte le plus souvent. Et elles ne peuvent rien faire d’autre que cela.

Cependant, ces pensées, il faut continuer à les alimenter, les cultiver, pour qu’elles maintiennent toute leur efficacité. On pourrait dire — symboliquement parlant — que c’est comme si, grâce à une technologie très avancée, elles arrivaient à capter à distance une part de l’énergie qui émane de nous, à condition toutefois que cette énergie soit émise à la même fréquence, sur la même longueur d’onde que celle qu’ont et auront toujours ces pensées, depuis le moment où nous les avons conçues.

Si nous changeons intérieurement, donc, si nous émettons sur une tout autre longueur d’onde, ces pensées — qui ont été programmées pour émettre et recevoir sur une longueur d’onde différente — n’arrivent alors plus à capter le genre d’énergie qui émane de nous. Elles se font donc « couper les vivres », et alors, elles faiblissent, perdent graduellement leur efficacité et à la fin, deviennent totalement impuissantes, se désintègrent et disparaissent complètement.

Pour lire la suite de l’article, vous rendre sur le site de : http://www.graal.ca/?q=node/579

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s